Dépression chez l’adolescent: les signes, comment y faire face ?

depression-adolescent

On estime qu’entre 5 et 20 % des adolescents peuvent être diagnostiqués comme souffrant de dépression, dont l’expression la plus grave peut être le suicide. Voici comment reconnaître les premiers signaux de la dépression chez l’adolescent et comment la traiter.

Caractéristiques de l’adolescence et de la dépression associée

L’adolescence est une période de crise de la vie. L’individu doit dire au revoir à son enfance et assumer son statut d’adulte. Il s’agit d’un processus de vie complexe qui implique une manière différente de se comporter, un trouble émotionnel et même certaines réactions de nature dépressive, mais qui sont des variantes normales de cette phase de notre existence.

L’adolescence est une crise comme celle des années 40 ou de la retraite. Il y a un deuil pour l’enfant qui a cessé d’être et nous devons décider quel adulte nous voulons être. Il y a une déréglementation émotionnelle et un déséquilibre de conscience !

C’est aussi l’un des stades où le risque de dépression est le plus élevé. Les changements physiques, cognitifs et sociaux, subis sur une courte période, peuvent devenir des facteurs de stress. La dépression des adolescents va au-delà de la simple humeur. C’est un grave problème de santé qui touche tous les aspects de la vie d’un adolescent. Il est donc important de déterminer la différence entre les variantes comportementales caractéristiques de l’adolescence et la dépression.

Cette dernière limite le développement et paralyse l’évolution d’une personne, et peut aggraver son avenir, mais elle a un remède, est l’une des maladies qui répond le mieux au traitement des enfants.

Signes et symptômes de la dépression chez les adolescents

depression-adolescentContrairement aux adultes, qui ont la possibilité de demander de l’aide par eux-mêmes, les adolescents comptent sur leurs parents, leurs enseignants ou les autres personnes qui s’occupent d’eux pour reconnaître leur souffrance et leur apporter l’aide dont ils ont besoin. Mais cela n’est pas toujours facile. D’une part, les adolescents souffrant de dépression n’ont pas nécessairement l’air triste. Au contraire, l’irritabilité, la colère et l’agitation peuvent être les symptômes les plus importants.
Voici quelques signes qui peuvent être évocateur de dépression chez un adolescent :

  • Tristesse ou désespoir
  • Irritabilité, colère ou hostilité
  • Larmes ou pleurs fréquents
  • Retrait des amis et de la famille
  • Perte d’intérêt dans les activités
  • De mauvais résultats scolaires
  • Changements dans les habitudes alimentaires et de sommeil
  • L’agitation et la nervosité
  • Sentiment d’inutilité et de culpabilité
  • Manque d’enthousiasme et de motivation
  • Fatigue ou manque d’énergie
  • Difficulté de concentration
  • Douleurs inexpliquées
  • Pensées de mort ou de suicide

Comment communiquer avec un adolescent dépressif

La dépression peut être dangereuse lorsqu’elle n’est pas traitée. Si vous pensez que votre adolescent est déprimé, abordez vos préoccupations avec amour et sans porter de jugement. Même si vous n’êtes pas sûr que la dépression soit en cause, les comportements et les émotions gênants que vous observez sont les signes d’un problème qui doit être traité.

Ouvrez un dialogue en faisant savoir à votre adolescent quels sont les symptômes de dépression que vous avez remarqués et pourquoi ils vous inquiètent. Demandez ensuite à votre enfant de partager ce qu’il vit et surtout évitez trop de questions. La plupart des adolescents n’aiment pas se sentir traités comme des enfants

Concentrez-vous sur l’écoute, et non sur les sermons. Résistez à toute envie de critiquer ou de juger une fois que votre adolescent commence à parler. L’important, c’est que votre enfant communique. Vous ferez le plus grand bien en faisant simplement savoir à votre adolescent que vous êtes là pour lui, pleinement et sans condition.

Soyez doux mais tenace. N’abandonnez pas si on vous met à l’écart au début. Parler de la dépression peut être très difficile pour les adolescents. Même s’ils le veulent, ils peuvent avoir du mal à exprimer ce qu’ils ressentent. Respectez le niveau de confort de votre enfant tout en soulignant votre inquiétude et votre volonté d’écouter.

Reconnaissez ses sentiments. N’essayez pas de faire sortir votre adolescent de la dépression, même si ses sentiments ou ses préoccupations vous semblent stupides ou irrationnels. Les tentatives bien intentionnées d’expliquer pourquoi « les choses ne vont pas si mal » donneront l’impression que vous ne prenez pas ses émotions au sérieux. Le simple fait de reconnaître la douleur et la tristesse qu’ils ressentent peut grandement contribuer à ce qu’ils se sentent compris et soutenus.

Faites confiance à votre instinct. Si votre adolescent affirme que tout va bien mais n’a pas d’explication sur les causes de son comportement dépressif, vous devez vous fier à votre instinct. Si votre adolescent ne s’ouvre pas à vous, envisagez de vous adresser à une tierce personne de confiance : un conseiller scolaire, votre professeur préféré ou un professionnel de la santé mentale. L’important est de le faire parler à quelqu’un.

Comment aider un adolescent déprimé à aller mieux ?

Les parents doivent savoir qu’il s’agit d’une pathologie grave mais qu’elle peut être soignée. Les traitements, qui peuvent être psychothérapeutiques ou pharmacologiques, sont importants mais d’autres moyens existent pour les proches en vue d’améliorer la situation :

Activités physiques, alimentation et sommeil

Que l’on soit adulte ou adolescent, la santé physique et mentale sont inextricablement liées. La dépression est exacerbée par l’inactivité, le manque de sommeil et une mauvaise alimentation.

Faire bouger l’adolescent déprimé

En tant que parent, vous pouvez essayer de faire bouger votre adolescent !

L’exercice est absolument essentiel pour la santé mentale. Essayez de proposer des activités qui lui plairont  : promener le chien, faire une randonnée, faire du vélo, aller à la piscine, etc.

Le temps passé face aux écrans augmente le problème de l’inactivité car l’activité physique et le temps passé avec les amis diminuent. Ces deux facteurs contribuent à aggraver les symptômes.

Une alimentation saine

Proposez des repas nutritifs et équilibrés. Assurez-vous que votre adolescent reçoit les nutriments dont il a besoin pour une santé cérébrale optimale et une bonne humeur : des matières grasses saines, des protéines de qualité et des produits frais, par exemple. Manger beaucoup de sucreries et de féculents – le « coup de pouce » rapide de nombreux adolescents dépressifs – n’aura qu’un effet négatif sur leur humeur et leur énergie.

Le sommeil réparateur

Encouragez-les à dormir beaucoup. Les adolescents ont besoin de plus de sommeil que les adultes pour fonctionner de manière optimale – jusqu’à 9 ou 10 heures par nuit. Veillez à ce que votre adolescent ne reste pas debout toute la nuit, au détriment d’un repos indispensable à son humeur.

Encouragez les relations sociales

Les adolescents dépressifs ont tendance à se mettre en retrait de leurs amis. L’isolement ne fait qu’aggraver la dépression.

Faites du temps de rencontre une priorité. Consacrez du temps chaque jour à des discussions où vous êtes totalement concentré sur votre adolescent, sans distractions ni tentatives de multitâches. Le simple fait de se retrouver face à face peut jouer un grand rôle dans la réduction de la dépression de votre adolescent. Et n’oubliez pas : parler de la dépression ou des sentiments de votre adolescent n’aggravera pas la situation, mais votre soutien peut faire toute la différence dans son rétablissement.

Combattez l’isolement social. Faites ce que vous pouvez pour que votre adolescent reste en contact avec ses pairs. Encouragez-le à sortir avec des amis ou à inviter des amis. Participez à des activités qui impliquent d’autres familles et donnez à votre enfant l’occasion de rencontrer d’autres enfants et d’établir des liens avec eux.

Ayez recours à un médecin ou un psychologue si besoin est

Le soutien et les changements de mode de vie sain peuvent faire toute la différence pour les adolescents déprimés, mais ce n’est pas toujours suffisant. Lorsque la dépression est grave, n’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel de la santé mentale ayant une formation avancée et une solide expérience du traitement des adolescents.

Impliquez votre enfant dans les choix de traitement

Lorsque vous choisissez un spécialiste ou que vous envisagez des options de traitement, demandez toujours l’avis de votre adolescent. Si vous voulez que votre adolescent soit motivé et engagé dans son traitement, n’ignorez pas ses préférences et ne prenez pas de décisions unilatérales. Aucun thérapeute n’est un faiseur de miracle et aucun traitement ne fonctionne pour tout le monde. Si votre enfant se sent mal à l’aise ou s’il n’est pas en contact avec le psychologue ou le psychiatre, cherchez un meilleur partenaire.

Explorez les traitements possibles

Attendez-vous à une discussion avec le spécialiste que vous avez choisi sur les options de traitement de la dépression pour votre adolescent. La thérapie par la parole est souvent un bon traitement initial pour les cas de dépression légère à modérée. Au cours de la thérapie, la dépression de votre adolescent peut se résorber. Si ce n’est pas le cas, des médicaments peuvent être justifiés.

Soutenez votre adolescent dans le cadre d’un traitement contre la dépression

Lorsque votre adolescent dépressif suit un traitement, la chose la plus importante que vous puissiez faire est de lui faire savoir que vous êtes là pour l’écouter et lui offrir un soutien. Aujourd’hui plus que jamais, votre adolescent a besoin de savoir qu’il est apprécié, accepté et qu’on s’occupe de lui.

Soyez compréhensif. Vivre avec un adolescent dépressif peut être difficile et épuisant. Parfois, vous pouvez ressentir de l’épuisement, du rejet, du désespoir, de l’aggravation, ou tout autre type d’émotions négatives. Pendant cette période éprouvante, il est important de se rappeler que votre enfant ne fait pas exprès d’être difficile. Votre adolescent souffre, alors faites de votre mieux pour être patient et compréhensif.

Restez impliqué dans le traitement. Assurez-vous que votre adolescent suit toutes les instructions de traitement, qu’il s’agisse de suivre une thérapie ou de prendre correctement les médicaments prescrits. Suivez l’évolution de l’état de votre adolescent et appelez le médecin si les symptômes de la dépression semblent s’aggraver.

Soyez patient. Le chemin vers le rétablissement de votre adolescent dépressif peut être cahoteux, alors soyez patient. Réjouissez-vous des petites victoires et préparez-vous à faire face aux revers occasionnels. Surtout, ne vous jugez pas vous-même et ne comparez pas votre famille aux autres. Tant que vous faites de votre mieux pour apporter à votre adolescent l’aide nécessaire, vous faites votre travail.

Suicide chez l’adolescent

Le suicide est la deuxième cause de décès chez les adolescents et les jeunes de 15 à 29 ans.

En ce qui concerne la prévention, la nécessité de sensibiliser les familles essentiellement. Il faut aussi être attentif aux signaux d’alerte.

Voici les signes avant-coureurs de suicide à surveiller :

  • Parler ou plaisanter sur le suicide
  • Dire des choses comme : « Je serais mieux mort », « J’aimerais pouvoir disparaître à jamais » ou « Il n’y a pas d’issue ».
  • Parler positivement de la mort ou romancer la mort (« Si je mourais, les gens pourraient m’aimer davantage »)
  • Écrire des histoires et des poèmes sur la mort, le décès ou le suicide
  • Adopter un comportement imprudent ou avoir de nombreux accidents entraînant des blessures
  • Donner ses biens les plus précieux
  • Dire au revoir à ses amis et à sa famille comme si c’était la dernière fois

En cas de tentative de suicide, il est essentiel que ces jeunes disposent d’un canal prioritaire pour recevoir une assistance spécialisée.

Le risque de suicide est le plus élevé au cours des deux premiers mois de traitement antidépresseur. Les adolescents sous antidépresseurs doivent être suivis de près pour détecter tout signe d’aggravation de la dépression.